Souvenirs : Les portes d'Ahn'Qiraj : World of Warcraft

Souvenirs : Les portes d'Ahn'Qiraj : World of Warcraft
Le 23 janvier 2006 commençait une guerre sanglante, déclenchée par un simple son : celui d’un gong. Nulle fanfare militaire, aucun cri de guerre… Rien qu’un silence oppressant. De longues secondes d’angoisse et de terreur. Le calme avant la tempête.

De tous ceux qui s’étaient rassemblés devant le mur du Scarabée, nul n’aurait pu prévoir ce qui allait suivre : une bataille épique de dix heures, qui vit tomber des milliers de braves guerriers d’Azeroth. Et personne n’aurait pu imaginer toutes les conséquences qui en découleraient.
 
L’action avant les factions
La bataille qui se déroula sous les portes d’Ahn’Quiraj ne fut pas une surprise pour autant. La menace de C’Thun était devenue imminente. Pressés par l’urgence, les dirigeants du monde entier avaient dû revoir leurs plans, quitte à forger des alliances improbables. Les deux factions savaient que la guerre serait inévitable, et la gloire personnelle était une vanité que ni l’une ni l’autre ne pouvait se permettre. Tout espoir de voir une seule armée mettre en déroute le général Rajjax et son bataillon colossal fut bien vite enterré.

Ce fut un moment unique dans l’histoire : des armées éparses aux allégeances multiples étaient réunies, mettant de côté la fierté de leurs factions. Pour autant, il faut bien garder à l’esprit que la bataille d’Ahn’Qiraj fut gagnée au nom d’un seul principe : l’union fait la force.
 
Soif de sang contre appât du gain
Cette alliance invraisemblable ne manqua pas de susciter des critiques. Certains montrèrent leur désaccord en se dérobant tout simplement à l’effort de guerre, d’autres exprimèrent leur opposition de façon plus agressive. D’un côté comme de l’autre, des individus peu disposés à tolérer ce qu’ils considéraient comme une trahison de leur propre faction, ne restèrent pas les bras croisés. Les hôtels des ventes neutres étaient devenus un moyen pour les deux factions de partager leurs ressources, mais ceux-ci ne tardèrent pas à se muer en champs de bataille virtuels. On achetait des ressources cruciales pour des sommes dérisoires, puis on les revendait pour faire du profit. Et comme dans toutes les guerres, ceux qui s’enrichissent ne sont pas nécessairement les plus courageux.

Les proportions de cet effort de guerre sont presque inconcevables pour nous qui bénéficions de vastes espaces de stockage et d’un service de courrier rapide. À l’époque, les sacs à dos et les piles d’étoffe étaient bien plus modestes. Collecter, trier et acheminer de précieuses ressources demandait de nombreuses heures. Quant aux bandages, à la nourriture et à l’équipement, il fallait des semaines pour en obtenir, et les stocks s’épuisaient rapidement, tant la demande était importante.
 
L’importance du souvenir
Difficile d’ignorer les parallèles entre cet épisode de l’histoire et les évènements actuels : une fois encore, Azeroth s’unit pour faire face à la Légion ardente qui sème le chaos sur les îles Brisées. Nous nous efforçons de mettre de côté une histoire complexe et amère afin de triompher d’un ennemi commun. Et même si nous combattons côte à côte, nous continuons de nous dévisager d’un œil suspicieux.

Nous devons absolument, en cette période troublée, nous remémorer le courage et l’esprit de ceux qui étaient aux portes d’Ahn’Qiraj ce jour-là. Nous devons nous souvenir, si nous voulons venir à bout de ces forces démoniaques.

Du 21 au 23 janvier, vous êtes invités à nous rejoindre pour rendre hommage aux défunts et célébrer cette victoire. Tout Azeroth est convié à un évènement spécial appelé l’Appel du scarabée, au cours duquel nous nous rassemblerons autour de commémorations et de la fierté partagée de nos factions.


Amendair - 2017-01-21 16:25:59

A propos de l'auteur

Soutenez Arcana Gaming grâce aux abonnements

Chaque abonné soutient le travail et l'indépendance de notre rédaction en plus de bénéficier d'avantages exclusifs.
Soutenez Arcana Gaming, devenez membre premium dès aujourd'hui ! JE M'ABONNE !

Commentaires

commentaires propulsés par Disqus